top of page

PROJETS•

217_WEPE •

EN COURS •

RÉALISATION DE DEUX PAVILLONS DANS LA PENTE •

BLONAY - ST-LÉGIER •

MAÎTRE DE L'OUVRAGE • Privé

PROGRAMME • salle à manger, bureau, studio indépendant

CHIFFRES CLÉS • SP : 75 m2, VB : 245 m3

 

Deux pavillons dans la pente • La maison se situe sur une parcelle caractérisée par une forte déclivité et la présence de nombreux arbres majestueux et protégés. L’extension prend la forme de deux volumes distincts placés de part et d’autre de la bâtisse. Leur insertion dans la pente prend la forme d’une construction légère sur pilotis, préservant à la fois la nature du terrain et les nombreuses racines.

 

Nichoirs • À l’image de nichoirs à oiseaux, les rez-de-chaussée sont traités de manière transparente et avec un rapport direct à la nature et à la pente du site - invitant à la contemplation. Les étages quant à eux prennent la forme de volumes minimalistes, introvertis offrant des cadrages soignés sur le lac et les arbres.

212_FAST •

2022 •

RÉAMÉNAGEMENT D'UNE SUITE PARENTALE •

MONTREUX •

MAÎTRE DE L'OUVRAGE • Privé

PROGRAMME • dressing, tête de lit et menuiseries de salle de bain

CHIFFRES CLÉS • SP : 45 m2

Situé dans un quartier calme de Montreux, l’appartement spacieux aspire à optimiser ses espaces en redéfinissant clairement des zones.

Un mur habité • La grande chambre parentale a ainsi été repensée de façon à maximiser les rangements et lui conférer une dimension plus intime. La création d’un mur habité en bois de chêne aménage la pièce en deux espaces distincts; la chambre et le dressing. La menuiserie - dessinée et construite sur mesure - intègre à la fois le lit en servant de tête de lit, du rangement en offrant une bibliothèque à la chambre et une porte d’accès au dressing discrètement organisé à l’arrière du lit.

 

La salle de bain attenante accueille elle aussi un nouveau meuble en chêne créant un rappel avec la chambre et offrant du rangement supplémentaire.

216_COLI •

2023 •

CONCOURS POUR UN NOUVEAU BÂTIMENT POUR SERVICES PUBLICS • 3E PRIX

LIDDES •

MAÎTRE DE L'OUVRAGE • Commune de Liddes

PROGRAMME • atelier, garages, bureaux, salle de conférence locaux de pause, vestiaires, locaux de stockage, locaux sanitaires et douches, locaux techniques, silos à sel

CHIFFRES CLÉS • SPB : 1 900 m2, VB : 9 600 m3

COLLABORATION • nomad architectes vevey

Ecart  n.m

Synonyme : hameau

Groupe d’habitation en milieu rural, généralement trop petit pour être considéré comme un village

 

Le nouveau bâtiment pour les services publics de Liddes • Le projet a pour vocation de réunir sur un même site le service communal pour les travaux publics, le service régional du feu et un point d’appui de l’OFROU pour l’entretien de la route menant au Gd. St-Bernard. La parcelle mise à disposition pour ce nouveau projet est composée de prés et de champs situés légèrement à l’écart du centre du village de Liddes et de son tissu historique classé. Au contraire du centre historique du village, l’urbanisation le long de la route du Col se caractérise par une urbanisation hétérogène et peu dense. Les corps de bâtiments qui composent ce tissu dispersé sont régulièrement fichés dans la pente naturelle ; parfois, des esplanades construites imbriquent les compostions bâties de manière à faciliter leur accès ou leurs relations fonctionnelles et forment ainsi des ensembles identifiables dans le site : l’église et son parvis ; le bâtiment de la fanfare et son parking, la laiterie communale et sa desserte. En réponse aux surfaces importantes nécessaires au programme et à la reconnaissance par l’inventaire ISOS du lieu comme site d’importance national, le projet propose une implantation intégrée dans le grand paysage, cherchant à créer un nouvel ensemble de bâtis, identifiable comme tel : le hameau des services publics.

 

Un ensemble simple et compact dans le grand paysage  Afin de s’insérer harmonieusement dans le site naturel existant caractérisé par un dénivelé important, le projet enterre une grande partie du programme et condense l’ensemble des volumes émergents dans un système introverti composé de trois éléments :

- une esplanade rationnelle en lien avec le grand volume enterré des garages, directement accessible depuis la route de Vichères

- un volume chauffé émergeant, ferme contemporaine à l’échelle du site comme visage du hameau sur la route du Col.  Il regroupe les programmes administratifs et communs.

- un corps de bâtiment non chauffé (abritant les silos et les espaces de stocks) implanté le long de la route de Vichères et refermant la composition sur elle-même.

Pour limiter son impact visuel sur l’ensemble du grand paysage, le projet cherche la compacité et la simplicité d’expression. En composant avec des constructions de gabarits simples, à l’échelle du bâti existant, le projet s’insère dans le site en formant un nouvel ensemble. Seuls deux volumes emballés d’une même peau en bois émergent du territoire : deux constructions rurales réunies autour d’une cour, à peine visible.

 

Des services autonomes  Bien que réuni sous un seul et même toit, chaque service dispose de son propre secteur et fonctionne de manière indépendante. Le rassemblement des espaces chauffés dans un volume unique permet une utilisation rationnelle des espaces et de l’énergie en simplifiant à la fois les flux, la construction, l’enveloppe thermique et permet aussi une mutualisation de locaux – salle de conférence et atelier de réparation. Le volume chauffé et émergeant le long de la route du Col s’organise autour d’un noyau de circulation public distribuant trois étages et un sous-sol. Cette organisation permet une distribution optimale des flux entre le haut et le bas de la parcelle. Elle sert autant de points d’accès aux visiteurs venus directement depuis le village au sud via l’entrée supérieure qu’aux employés se stationnant de l’autre côté de la route de Vichères au nord via l’entrée inférieure.

 

Une peau unique pour une valeur d’ensemble  Afin d’uniformiser les bâtiments, une peau unique en bardage de bois brulé enveloppe tous les volumes. Matériau durable et résistant, le bois brûlé s’intègre harmonieusement au contexte en conférant au bâtiment un langage à la fois contemporain et rural. Le calepinage de ce dernier varie selon la fonction qu’il recouvre : peau aérée pour les volumes non chauffés et peau plus dense pour les volumes isolés. Le jeu de calepinage et d’ouvertures du bardage offre à l’ensemble une variation subtile de l’utilisation du bois. À l’aube ou à la tombée du jour, les bâtis du hameau s’illuminent dans le paysage de manière variée et chatoyante.